Jura Nature Environnement
Plus de 40 ans au service de la nature dans le Jura
Je m’engage ! Devenez adhérent de l’association Jura Nature Environnement Devenez adhérent de l’association Jura Nature Environnement

Animation et chantier sur les Saules têtards à Montmorot

Pas moins de 25 participants ont répondu présents à la journée organisée par JNE et S’UNISEL: habitants du village ou membre de l’une des associations, tout le monde a prêté main forte pour la pérennisation de ce patrimoine à l’occasion de ce samedi 23.2.19 ensoleillé !
Avant toute chose, un temps a été pris pour situer le contexte de cette journée et les enjeux de préservation des saules têtards : ces arbres croisent en effet des enjeux liés à l’histoire paysanne du territoire, à la protection de l’eau, à la biodiversité et aux paysages ! (voir article SerreVivante- Saules têtards). Un focus particulier a été fait sur les liens que ces arbres entretiennent avec les milieux humides, puisque la journée se plaçait dans le contexte des Journées Mondiales des Zones Humides (JMZH).
Une campagne de restauration et d’entretien des têtard, lancée par JNE depuis 2014, a permis la préservation de quelques 45 arbres à Montmorot (lire les articles à ce sujet).
C’est une partie de ces arbres qui ont fait l’objet d’une taille d’entretien durant la matinée, 3-4 ans après la dernière intervention. Pour en savoir plus sur la taille, voir ici la plaquette sur l’entretien.
Les rémanents seront broyés tandis que les plus belles branches issues de la taille ont servi à faire des boutures pour implanter de nouveaux saules têtards ou remplacer les sujets dépérissant. 3 sites ont fait l’objet de ces plantations, et d’autres sont encore à venir.
Pour compléter cette journée, nous avons assisté à un conte sur les arbres têtards narré par Laurent, stagiaire à JNE dans le cadre de son BP JEPS Éducation à l’Environnement et grand passionné d’arbres remarquables.
Un grand merci à tous les participants pour leur énergie et leur enthousiasme !

Bilan du chantier de plantation d’une haie à Chaussin

Samedi 01 décembre, une vingtaine de personnes se sont mobilisées à Chaussin pour participer au chantier de plantation de haie organisé conjointement par la ferme du Champ des Etoiles et JNE.

Estelle et Dimitri BON sont en cours d’installation sur cette ferme, avec l’objectif de produire des poulets de chair bio, du cassis ainsi qu’une parcelle de culture de plantes. C’est sur l’emprise des futurs parcs à volaille que s’est concentré l’effort des bénévoles, pour implanter des linéaires de haie autour de chaque parc ainsi que des bosquets à l’intérieur de ceux-ci.

Les enjeux sont multiples :

– apporter une protection aux volailles par la présence d’arbres et arbustes, qui les inciteront à mieux se déplacer sur l’ensemble du parc. De plus les ligneux peuvent apporter un complément alimentaire aux volailles à l’aide des feuilles, fruits et baies qu’ils produiront,

– améliorer la capacité d’accueil de la biodiversité sur ces terrains,

– favoriser l’intégration paysagère et l’isolation des poulaillers qui seront construits.

Ainsi au cours de la journée, pas moins de 800 arbres et arbustes ont été plantés. Une grande majorité étaient issus de pépinières, tandis que quelques dizaines de jeunes plants ont été prélevés dans les haies alentours. Enfin des saules ont été implantés par bouturage.

Un total de 19 espèces d’arbres et arbustes ont été plantés en mélange ! Il s’agit à chaque fois d’essences locales : viornes, églantier, fusain, merisier, pommier sauvage, etc. Le mélange de ces espèces permet notamment d’étager la végétation en hauteur et d’offrir à la faune une ressource abondante et largement répartie dans le temps, grâce au fleurs, baies et fruits produit par chacune de ces plantes.

L’achat des plants a été subventionné à 50% à l’aide de l’appel à projet « Bocage et Paysages » de la Région Bourgogne Franche-Comté, tandis que l’accompagnement apporté par JNE en amont et le jour du chantier a été soutenu par la Biocoop « En Vie Bio » de Lons et la Prime J’agis pour la Nature.

Un grand merci à l’ensemble des bénévoles ayant répondu présent !

Un second chantier aura lieu à Condamine samedi 8 décembre, nous vous y attendons nombreux !

Inventaire participatif des « arbres bio » à Rans

La Communauté d’Agglomération du Grand Dole et Jura Nature Environnement vous propose de participer à un inventaire participatif des arbres d’intérêt écologique en forêt communale de Rans, le mercredi 14 novembre prochain (site Natura 2000 de la forêt de Chaux).

Les arbres d’intérêt écologique, vivants ou morts, jouent un rôle important dans la fonctionnalité d’un écosystème forestier. Il peut s’agir d’arbres porteurs d’espèces patrimoniales (oiseaux, lichens, insectes…), mais aussi d’arbres porteurs de singularités morphologiques, comme des cavités, des champignons, des écorces décollées, des fentes… qui offrent des refuges, des lieux de reproduction et de nutrition pour de nombreuses espèces.

Diffusion d’une plaquette à destination du milieu agricole : « Une place pour la haie au sein de la ferme »

Plaquette assemblage – Version Finale – Version informatique-bq

Dans le cadre du programme d’actions Biodiversit’haies financé par la région, FNE BFC et JNE se sont associés pour produire une plaquette de communication sur la place de la haie au sein des exploitations agricoles. Son contenu technique la destine à un public averti. Cinq thèmes complémentaires sont abordés :

  • L’entretien de la haie : comment entretenir une haie ? A quelle période ? Que faire des rémanents ? Les coupes à blancs sont-elles autorisées ?
  • La valorisation de la haie : énergétique, agronomique, bois d’oeuvre… et si la haie devenait un élément de production à part entière ?
  • Les rôles de la haie : intérêts agronomiques, écologiques et paysagers… de nombreux textes et illustrations pour justifier de l’intérêt des haies sur une exploitation agricole !
  • Les perspectives pour la ferme : et si l’on plantait des haies ?
  • Les partenaires : liste des structures à contacter sur le thème de la haie en milieu agricole

Format plié / déplié : A5 / A3.

Nombre d’exemplaires : 4 500

Date de diffusion : 2018

 

Complément : consulter la plaquette de la Direction Départementale des Territoires du Jura pour plus d’informations sur les aspects réglementaires liés à la haie en contexte agricole.

 

A diffuser le plus largement !

Opération de sauvegarde d’un Poirier sauvage d’exception à Reithouse

Un vieux poirier sauvage (Pyrus communis pyraster) de taille exceptionnelle est présent au cœur des Teppes de Reithouse (pâturages communaux). Nettement fragilisé par les coups de vents de l’hiver (chute d’une grosse charpentière), la commune de Reithouse et JNE s’inquiète de l’avenir de l’arbre et de son patrimoine génétique.

                          Le fameux Poirier des Teppes de Reithouse

En effet, on trouve peu ses congénères et sa descendance aux alentours. C’est pourquoi nous vous invitons à participer à une opération de greffage de ce poirier dans les haies et lisières des Teppes de Reithouse, sous la houlette de l’association Fredobio.

Ce secteur est notamment identifié par JNE comme site de récolte dans le cadre du programme Végétal Local.

RDV 16h30 devant la mairie de Reithouse pour une initiation à la greffe avant de se rendre sur le site.

Contact et inscription : willy@jne.asso.fr – 06.89.21.24.94

 

Plantation de haie à Mouthier-en-Bresse

Report du chantier !

Avec le gel qui s’intensifie pour atteindre son maximum mercredi, nous préférons reporter le chantier au mercredi suivant, dans l’espoir cette fois de passer entre les gouttes …

Rendez vous donc mercredi 6/03 à 8h30 sur le terrain de Mouthier.
Le gros du repas est fourni par les jardins de la Guinguette (on peut apporter de petits complément à partager).

Merci de vous inscrire auprès des contacts indiqués sur l’affiche !

 

——-

Afin de finaliser une plantation la plantation de haie aux abords des cultures maraichères des Jardins de la Guinguette, JNE et Dole Environnement organise un chantier participatif. Repas offert par nos hôtes !

Prévoir matinée au moins. Merci de vous inscrire pour prévoir le repas notamment, et éventuellement du covoiturage.

Un document édifiant : la stratégie « com »de l’État pour permettre la sur-exploitation du bois et des forêts

Plan de communication pour le secteur de la forêt et du bois – ministère de l’agriculture et de l’alimentation

A lire absolument… ce document public explique les moyens et méthodes de communication à mettre en place pour que l’État, afin de répondre au nouveau PNFB (Programme National de la Forêt et du Bois), puisse augmenter la consommation de bois en France et donc l’exploitation forestière.

Quelques extraits :

L’objectif :

« Le principal objectif de communication, résolument affirmé par les membres de FBF (France Bois Forêt), est d’augmenter la consommation de bois en France en provoquant un réflexe d’achat de bois chez les différents publics concernés. Pour le président de France Bois Forêt, il s’agit d’« augmenter significativement, durablement et dans les meilleurs délais la consommation de bois en France et le chiffre d’affaires global de la filière » »

Leur inquiétude :

« La mission estime que cette question est d’autant plus préoccupante qu’un nouveau contexte fondé sur la découverte d’une « sensibilité » des végétaux, en particulier des arbres, est en train de s’installer. On peut citer différentes références scientifiques sur le sujet qui commencent à être médiatisées :
• Gilles Clément, professeur au Collège de France, a ouvert la réflexion en
France ;
• Suzanne Simard, Professeur d’écologie forestière à l’Université de Colombie britannique a mis en évidence un mode de communication racinaire entre arbres et espèces d’arbres ;

• Le forestier allemand Peter Wohlleben, praticien passionné plus que
scientifique, auteur du best-seller « La vie secrète des arbres » vient de voir son propos prolongé à travers un film « L’intelligence des arbres » ;
• Bruno Moulia, directeur de recherche à l’INRA, dirige le Journal of experimental botany consacré à la biomécanique et à la mécanobiologie des plantes ;
• Jacques Tassin, biologiste et écologue, chercheur au CIRAD, est l’auteur de « À quoi pensent les plantes ? » (2014) ;
• Pierre Lieutaghi, éthnobotaniste au Museum national d’histoire naturelle, membre de l’Académie des sciences, est un des « anciens » du sujet ;
• Tristan Lecomte est le fondateur d’Alter Eco.

Nous vous laissons découvrir les méthodes que propose ce rapport afin de manipuler l’opinion publique sur ce sujet et éviter toute contestation de la part des ONG…

JNE a demandé à FNE et FNE B-FC de réagir à ce rapport et envoie ce jour un courrier au préfet du Jura pour lui faire part de son indignation à ce sujet. N’hésitez pas à réagir de votre côté et nous faire part de votre avis sur la question (contact@jne.asso.fr)