Jura Nature Environnement
Plus de 50 ans au service de la nature dans le Jura
Je m’engage ! Devenez adhérent de l’association Jura Nature Environnement Devenez adhérent de l’association Jura Nature Environnement

Chantier participatif sur les pelouses sèches de Chaudes-au-Loup

Ce samedi 7 mars, Jura Nature Environnement prouvait l’existence de son don d’ubiquité, en étant présent sur deux chantiers : l’aménagement d’une mare à Veria et l’entretien des pelouses sèches de Chaudes-au-Loup. Pour l’instant, gardons les pieds au sec et marchons du côté de Chaudes-au-Loup, à Rainans… L’activité était animée par Jura Nature Environnement et faisait partie du programme d’animations de Natura 2000 Serre et Chaux, mis en place par la Communauté d’Agglomération du Grand Dole. Les participant.e.s y étaient 16, dont de nombreux riverains.

L’objectif global était d’encourager le développement de la faune et de la flore si particulières des pelouses sèches. (Si vous savez déjà ce que sont les pelouses sèches, vous pouvez directement passer au prochain paragraphe 😉). Les pelouses sèches sont des milieux qui ont été façonnés et entretenus par les acti­vités pastorales traditionnelles pendant des siècles. Elles se trouvent sur des terrains superficiels, pauvres en nutriments, où la roche affleure. Face à de telles conditions, une végétation diversifiée et spécifique s’y développe, comme les orchidées et les plantes aromatiques. Pour ne pas perdre cette flore ni la faune qui y est liée, nous avons besoin de renouer avec des pratiques disparues depuis des années sur ces terrains peu productifs : un pâturage raisonné centré sur la qualité et non la quantité. Les chantiers consistent souvent à débroussailler les zones inaccessibles aux bêtes, pour que celles-ci puissent accéder à la pelouse et l’entretenir.

Pour télécharger la brochure sur les pelouses sèches de Chaudes-au-Loup : cliquez ici

Les pelouses sèches de Chaudes-au-Loup, classé Espace Naturel Sensible, font ainsi l’objet d’un projet de conservation. A l’aide de ce projet concerté entre le Grand Dole, la commune de Rainans et Jura Nature Environnement, un pâturage est remis en place par Arnaud DAVID, éleveur ovin à Rainans.

Concernant le chantier du 7 mars, il se voulait complémentaire à des travaux de réouverture plus conséquents qui se déroule la semaine suivante. Le chantier s’est donc concentré sur de petites actions manuelles ayant une forte plus-value pour le milieu naturel :

  • il fallait tout d’abord libérer un murger des arbustes qui l’avaient recouvert. Un murger est un tas de pierre effectuée au fil du temps par les bergers qui épierraient les pâturages et les prés de fauche. Une fois installés, ces murgers servent d’abri à de nombreux reptiles, insectes et même à certaines espèces d’oiseaux. Remettre en lumière le murger permet de restaurer l’espace vital des espèces citées.

Débroussaillage du murger, avant et après (repérez le merisier dans le rond rouge)

  • Ensuite, l’équipe s’est attelée à libérer le sol des débris du précédent débroussaillage : en se décomposant, ils auraient changé l’équilibre du milieu par l’apport d’humus, modifiant la végétation spécifique qui s’y trouve

  • Enfin, un linéaire d’ancien barbelé, pris dans une haie, a été retiré.

Comme les photos le montrent, le défi a été relevé haut la main ! Un grand merci aux participants, à la commune de Rainans ainsi qu’à Arnaud David pour leur participation.

Il n’y a plus qu’à se retrouver au printemps, pour la découverte des fleurs les plus emblématiques du site !

(Et si vous avez envie de participer à des chantiers similaires, n’hésitez pas, abonnez-vous à la newsletter de Jura Nature Environnement : envoyez un mail à contact@jne.asso.fr)

Ce chantier a bénéficié de financements européens FEADER et État dans le cadre de Natura 2000.

 

Chantier de nettoyage des déchet sur la pelouse sèche du Routeau

 

14 personnes, membres bénévoles d’associations, chasseurs de l’ACCA de Brans ou simples citoyens, se sont rassemblées samedi 25 janvier matin pour participer à un chantier participatif de nettoyage du Mont Routeau. Organisé par les associations les Amis de la Serre et Jura Nature Environnement, avec le soutien du Grand Dole en tant qu’animateur du Site Natura 2000 du massif de la Serre, ce chantier a permis de déblayer deux camionnettes de déchets entreposés sur le la pelouse sèche : ferraille, verre, vieille bâches, etc.
Un projet de longue date qui s’est donc concrétisé pour les associations locales et environnementales afin de remettre en valeur ce site symbolique tant pour la commune de Brans que pour les protecteurs de la nature. En effet la pelouse sèche du Routeau recèle un patrimoine naturel et historique important qu’il convient de préserver. Les associations souhaitent poursuivre leur partenariat afin de trouver un moyen durable pour contrôler la dynamique d’enfrichement et ainsi conserver le patrimoine du site.

 

Paturâge des Koniks polskis sur la réserve naturelle régionale de la côte de Mancy

L’hiver arrive et il est temps pour les chevaux (koniks polski) du centre équestre de Mancy de fouler le sol de la réserve !
Les brebis ont donc cédées aux chevaux la responsabilité d’entretenir les pelouses sèches, réservoirs de biodiversité de la réserve.

Cette action est rendu possible grâce à la gestion associée de Jura Nature Environnement et du Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté​.

Pour tout savoir sur la réserve télécharger la plaquette !

 

Chantier participatif sur la Réserve de Mancy

Un grand merci à tous les bénévoles pour votre coup de main sur le chantier éco-volontaire de la Réserve Naturelle de la Cote de Mancy !

Visite de la réserve


Grâce à vous de nombreux aménagements ont été réalisés !

Entre autre, faciliter la pose de clôtures électriques pour le pâturage des pelouses sèches par les brebis (création de couloirs dans la végétation arbustive). Les pelouses sèches hébergent une grande diversité écologique. 

Avant

Après 


Mais aussi l’entretien de murgers (tas de pierres) favorables aux reptiles et micro-mammifères.

 


Et le lendemain : Aménagement paysager et écologique de la réserve, comprenant la création d’un murger sous un panneau de présentation de la réserve …

 

… et l’aménagement d’une future zone humide venant enrichir davantage la biodiversité de la réserve.


Sans oublier les nombreux moments de partage et de convivialité 🙂

 


 

 

Découverte des pelouses sèches de Gevingey

A l’occasion de la marche annuelle organisée par le Foyer Rural de Gevingey, JNE propose un stand et un temps de découverte du patrimoine naturelle classé en ENS.

Plus d’informations à venir !

Bilan d’un chantier participatif à Authume le 18 février 2017

Les terrains communaux d’Authume situés à la Combe Au Loup (autour du moto-cross) sont constitués de pelouses sèches, dont l’inventaire révèle la présence d’un cortège d’espèce de faune et de flore d’un grand intérêt. Ce territoire avait notamment fait l’objet d’investigation lors des 24 Heures Naturalistes organisées par la LPO Franche-Comté, Jura Nature Environnement et le Grand Dole en 2014.

De fait, ce territoire bénéficie du programme de conservation des pelouses sèches des Avant-monts dolois porté par le Grand Dole dont l’objectif est de préserver le patrimoine naturel et paysager de ces milieux naturels d’exception.

Pour éviter leur fermeture par l’enfrichement, pas de mystères : seule une activité agricole est efficace dans le temps. C’est pourquoi le service environnement du Grand Dole, épaulé par des associations comme Jura Nature Environnement, s’attache à faciliter l’installation de troupeaux d’herbivores sur ces sites. Après les moutons sur le Mont Joly et le Mont Roland, ce sont des ânes qui pâturent les pelouses d’Authume depuis début 2016.

Afin de faciliter l’action de « débroussaillage » qu’opèrent lentement les ânes, Jura Nature Environnement a organisé le samedi 18 février 2017 un chantier participatif, de façon faciliter la circulation des animaux à travers l’ensemble de la parcelle.

C’est donc par une journée radieuse qu’une poignée de bénévoles de JNE se sont retrouvés sur les pelouses sèches, sécateurs, scie et serpes en mains, afin de contrer l’avancée des prunelliers : ouverture de layons, agrandissement des poches de végétation herbacée, créations d’accès, de raccourcis et d’abris sous les arbres.

Lire l’article du progrès

A leur retour au printemps, gageons que les ânes redoubleront alors d’efficacité pour consommer les tendres pousses des arbustes. Ces actions répétées sur plusieurs années, à l’aide d’intervention manuelles ou parfois mécaniques, permettront un recul progressif des buissons jusqu’à obtention d’un gradient optimal de pelouses, buissons et arbres isolés permettant à la biodiversité de s’épanouir de manière harmonieuse avec l’activité agro-écologique en place.